A la BNF…

Photo. Rédaction paradarius

Vendredi 18 mai 2018, 7H45. J’arrive devant le lycée. Toute excitée, je rejoins ma camarade de classe et on imagine comment va se passer la sortie. La professeure principale de SMS (sciences médico-sociales) et le professeur de français qui nous accompagnent arrivent et font l’appel. Malheureusement il manque deux élèves. Je me dis que c’est triste car ils vont vraiment rater quelque chose d’extraordinaire.

On prend le bus 47. Les places du fond sont libres, alors nous les occupons pour mieux nous regrouper. Tout le monde est un peu stressé, et moi encore plus car je vais monter sur scène pour la première fois et faire un discours devant d’autres lycées et le jury. Mais j’essaie de me calmer et de profiter de l’instant. Puis on prend un autre bus, le 62. Cette fois, tout le monde est éparpillé car il y a un monde fou. On descend du bus et un soleil éclatant nous accompagne jusqu’à la bibliothèque. Les tours en forme de livre, nous mettent tout de suite dans l’élément. Une dame nous  conduit devant la salle où la remise des prix va avoir lieu. Je ne sais plus quoi dire. C’est comme si j’entrais à l’intérieur d’une grande université. Il y a déjà quelques personnes, arrivées avant nous. Le stress reprend le dessus mais, heureusement, les professeurs réussissent à nous apaiser. La salle ressemble à une salle de théâtre, de cinéma. Elle est un peu sombre. Nous sommes à peine installés qu’un des membres du jury commence à parler. Il explique comment va se dérouler la journée. En début de matinée les maternelles, les primaires et, enfin, les collégiens et les lycéens. Une fois les maternelles et les primaires passées, on a droit à une petite pause. Dans la salle il ne reste que les collégiens et les lycéens. Les collégiens passent. Ils reçoivent leur prix.

C’est à notre tour maintenant. Les premiers lycéens passent. J’ai l’impression que les minutes durent des heures. Un des membres du jury prend le micro et annonce le nom de mon lycée. Une montée d’adrénaline me submerge. On descend les escaliers telle une équipe de foot qui entre sur le terrain. Nos professeurs et la salle nous encouragent. A peine montée sur scène, je vois le micro se balader entre les mains de mes camarades comme si c’était un ballon. Je le reçois comme si j’étais seule devant les cages et que tout le monde me fait confiance. Je n’ai plus qu’à tirer. Mes mains et mes jambes tremblent. Je commence à lire et tout se fait naturellement. A la fin du discours les applaudissements me montent jusqu’au cœur. Le jury annonce que nous avons un 1er prix. Je me tourne vers les professeurs. On peut lire la fierté sur leur visage. Et nous, on est vraiment très contents.

Après avoir pris une pause et visité la bibliothèque, le professeur de français nous accompagne jusqu’à la sortie, on se dit au revoir et nos chemins se séparent entre la foule. Par Maroua B. 2ASSP1.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s