Editorial de fin d’année scolaire 2016-17

Photo. Rédaction Paradarius 2017

Chères lectrices et chers lecteurs,

Cette année 2016-2017, nous avons essayé de vous raconter ce que nous avons vécu lors de nos différentes périodes de stage.

Grâce à nos textes, nos photos, nous espérons que vous avez pu partager nos émotions, les plus agréables comme les plus difficiles.

De notre côté, ce projet nous a enrichis. Nous avons appris à prendre du recul sur notre pratique pour vous la transmettre d’une manière à la fois personnelle et professionnelle.

Un mot pour les prochains rédacteurs de Paradarius : vous aussi, apprenez à raconter vos expériences ; ce que vous aimez faire ; ce qui vous semble difficile ; ce que vous avez retenu… Entraînez-vous en lisant nos textes, par exemple 😉

Un bel été à tout le monde, et rendez-vous en septembre, sur Paradarius. Pour l’instant, nous vous laissons pour aller réviser le bac.

Signé, les élèves de terminale ASSP1

Publicités

La douche… un calvaire

lydia-chaise-doucheCe matin-là, vers 9 h, je devais effectuer deux toilettes. J’appréhendais de faire celle de madame X***, car elle n’aimait pas prendre de douche.

Alors, je me suis occupée de ma première résidente. Tout s’est bien passé. Ensuite, je me suis préparée pour faire la deuxième douche tant redoutée.

Je suis entrée dans sa chambre. J’ai d’abord débarrassé son plateau de petit déjeuner. Je suis revenue et j’ai demandé à Madame X*** de venir dans la salle de bain et lui tendant le bras.

Elle m’a dit qu’elle ne voulait pas. J’ai pris sur moi. J’ai soufflé et je le lui ai encore demandé. Elle ne voulait toujours pas. Je me suis calmée et je me suis mise à sa hauteur car elle était assise, et je lui ai dit :  » Madame il faut prendre sa douche. Si vous vous levez tout de suite et si je peux vous donner cette douche, vous allez voir que ça va passer très vite.  »

Et par miracle, elle s’est levée.

Nous nous sommes dirigées vers la salle de bain. Je lui ai enlevé son pantalon ainsi que sa protection. J’allais enlever son haut, mais elle ne voulait pas. J’ai perdu patiente alors j’ai tenté de le lui enlever, mais je n’y arrivais pas. Alors je lui ai dit :  » Madame, ça suffit. On doit enlever votre haut pour prendre la douche. Vous vous fatiguez, alors que là, on l’aurait déjà finie, la douche. » Elle m’a regardée et elle a enlevé son haut.

Je l’ai installée sur les toilettes et j’ai ouvert l’eau. Je l’ai rincée et j’ai doucement passé le gant de toilettes sur elle, quand tout à coup elle me traite de  » SALOPE « . Je me suis dit que c’était la maladie qui parlait.

Ça a été difficile pour moi. Il faut être patiente. Prendre sur soi.

Texte : Léa R. – Photos : Lydia O.

Un malentendu

Chaque matin, je devais mettre ses collants à une résidente. Sauf que ce jour là, une professionnelle m’a dit qu’elle allait lui donner sa douche. Alors j’ai pensé que je ne devais pas lui mettre ses collants et que la professionnelle lui mettrait après la douche. Alors j’ai fait ce que ce que j’avais à faire : aller m’occuper d’daniela-3une résidente et faire des lits. Ensuite on m’a dit d’aller chercher les résidents, en bas, pour les accompagner dans la salle à manger.

Alors je suis descendue et j’ai vu Madame G***. Elle avait l’air triste et contrariée. Je lui ai demandé ce qui n’allait pas, et elle m’a dit :  » tu n’es pas venue ce matin pour me mettre mes collants ». Je lui ai expliqué que je croyais que ma collègue allait le faire après la douche.

Mais elle voulait que ce soit moi qui lui mette, chaque jour, ses collants. Je me suis sentie embêtée, à ce moment là.

Texte par Léa R. Photo par Daniela F.

Atelier pâte à modeler

Tinosa
Photo – Tinosa V.

 

Tous les jours, à 8h45, avant l’arrivée des enfants, je range les tables et les chaises. Je dépose les jouets sur les tables, comme ça, quand les enfants entrent dans la classe, ils peuvent rapidement se mettre à jouer. Ensuite, à 9h45, l’institutrice me confie un groupe de cinq enfants. Je leur donne des modèles d’animaux pour qu’ils les représentent en de pâte à modeler.

Texte par Tinosa V.

Journée skate

Il était environ 10 h, à la résidence Annie Girardot, et j’appréhendais mon activité de skate que j’avais mise en place pour les personnes âgées. J’avais peur de leur rentrer dedans avec le skate, même si j’avais l’habitude de pratiquer.

Résultat de recherche d'images pour "skate"

Après avoir salué tout le monde, je commence mon service en allant ranger la salle avant de commencer l’activité. Je teste le sol pour savoir s’il est glissant ou fluide pour les pivotements de la planche. Je vais chercher les personne âgées qui se trouvaient aux étages. Tout le monde étaient content de descendre pour faire une découverte ou revoir leurs souvenirs de skate à l’ancienne, car certaines personnes âgées connaissaient le skate, mais sous une autre forme. 

Je commence l’animation en expliquant l’origine du skate, d’où il vient, en quelle année  il a été créé. Des personnes âgées étaient très à l’écoute et me posaient beaucoup de questions. Puis, je prends ma planche et me laisse aller en oubliant la peur, et en me lançant dans la salle. Je tournais en ronds en levant le skate pour éviter de les toucher.

Je faisais partager ma passion. Les personnes âgées étaient captivées par ma passion et les gestes que j’effectuais pour pivoter et avancer.

Je ressentais une joie en moi et une petite voix, dans ma tête, me disait « ils sont heureux mes petits vieux ». Côté professionnel, je me sentais un peu soulagé, car j’avais réussi l’animation que j’appréhendais.

Texte par Jyungi F. Source image cc search

Salle Snoezelen

intissoir-5Il est environ 12 heures. Ma collègue et moi, nous servons le déjeuner aux résidents et aidons ceux qui ont besoin d’aide. Ensuite, à 13 heures, nous prenons notre pause. A 14h30, nous remontons. Les résidents sont particulièrement agités. Ils crient, ils s’énervent, se frappent entre eux et se profèrent des insultes. Pourquoi ? Conséquence du retard du repas qui a été décalé à 12h30 et de l’aide à la toilette effectuée aux alentours de 10 h – 10h30. Nous avons réussi à les calmer, sauf Madame R*** qui était la plus impatiente et qui réclamait beaucoup de choses. Nous faisons le mieux que nous pouvons, sans succès. Alors j’appelle l’animatrice qui arrive rapidement et prend en charge Madame R*** pour l’emmener à la salle Snoezelen pour qu’elle se relaxe. La salle Snoezelen est une salle de détente avec des lumières colorées dans le noir, un matelas à air chaud, des ballons, des fauteuils, des oreillers et des couvertures. L’animatrice allonge Madame R*** sur le matelas à air chaud. Elle se détend aussitôt. L’animatrice parle calmement avec Madame R*** qui admire les lumières qui illuminent la pièce en changeant de couleurs. Puis elle remonte à l’étage détendue et souriante.

Texte et photo par Intissoir I.

Cendrillon

marie-3Lors de ma première semaine de stage au centre de loisirs, je faisais connaissance avec les enfants, quand je vois cette toute petite fille, blonde,  joufflue, avec de grands yeux bleus. Elle me faisait penser à Cendrillon. Elle  m’appelait Charlotte au lieu de Charlèn, pour me faire rire.

J’ai tout de suite été impressionnée par son intelligence. Je restais souvent avec elle. Je lui lisais des livres en attendant que ses parents viennent la chercher .

Je n’avais jamais vu ses parents, jusqu’au jour où j’ai vu son père, de dos, un très grand monsieur, brun, avec un bébé dans les bras.

Quand il se retourne pour remplir la fiche d’appel, je vois mon ancien professeur de SVT, au collège. Il me reconnaît tout de suite et me demande si je travaille là. Alors je lui dis : « Je suis en bac professionnel ASSP et j’effectue ma période de stage. Il me répond qu’il est content de me voir et que je lui rappelle ses années au collège lorsqu’il était professeur.

J’étais très contente de le revoir, et de me rendre compte que la petite fille que je préférais dans mon stage était la fille du professeur que je préférais au collège .

Texte par Charlèn R. (TASSP) –  Photo par Marie L. (TCAP)

Le matin pendant que la maîtresse n’est pas là

assa-7

Je commence à 8h. Je rentre dans la classe. Il n’y a personne.  Je commence à sortir le matériel pour les activités comme des ciseaux et de colle. Je commence à installer les enfants par groupes avant que la maîtresse arrive. Ils ont du mal à coller le papier au bon endroit. Finalement, je les  aide à coller leur papier dans. Puis la maîtresse arrive. Ce matin-là, elle était contente du travail des enfants. Dans l’après-midi,  je suis allée dans la classe de petite section pour aider les ATSEM à déshabiller les enfants. Une fois les enfants partis, nous avons fait l’entretien des locaux dans la classe des petites sections.

Texte et photo par Assa S.

Un jour à la cantine

ivana-3A 12H00, je me rends dans la cantine. Elle est spacieuse, il y a des petites tables et des petites chaises pour les petits. Il y a aussi des grandes tables et des grande chaises pour les moyens et les plus grands. Ensuite, avec les animateurs, je vais chercher les enfants  dans leurs classes. Ils s’installent à la cantine, ils courent partout et crient pour choisir leur place. J’aide les enfants pour leur servir l’entrée, le plat et le dessert. Ensuite je leur coupe les aliments en petits morceaux puis je mange avec eux. Ils mangent tranquillement. Les enfants de ma table sont très silencieux, mais, parfois, ils sont bruyants. Ils s’agitent sur leur chaise, ils tapent sur la table. Je leur demande de se calmer pour manger dans le silence. Ils s’arrêtent un peu et c’est reparti.

Texte par Alix D. Photo par Ivana B.

DANS LE DORTOIR

 

assa-18

Tous les jours, à 8h du matin, avant l’arrivée des enfants, je nettoie le dortoir. A partir de 13h, avec les ATSEM, je reste avec les enfants qui font la sieste. Le dortoir est sombre et je distingue à peine les petits lits. J’entends des bruits, des étouffements, et des enfants qui parlent tout seuls dans leur sommeil. C’est très difficile de rester avec des enfants qui font la sieste. Dès fois, il m’arrive de m’endormir sur la chaise. Après la sieste, je les aide à s’habiller. Ensuite je leur lis des histoires en attendant l’arrivée des parents. Ce que je préfère, pendant mon stage, c’est le dortoir parce que  je peux me reposer et il y a du calme.

Texte par Blessing S. Photo par Assa S.